­

speaker

« Ceux qui ont très peu de jours et ceux qui sont très vieux sont dans un autre monde que le nôtre. En se liant à nous, ils nous font un présent inestimable.» 
Christian BOBIN

Entre 1994 et 1995, j’ai animé 4 émissions de radio, qui ont été entièrement réalisées par les résidants de la maison de retraite où j’étais la seule animatrice pour 100 résidants. Le budget attribué à l’animation équivalait à 2 ‘500 CHF par an pour 100 résidants. En face de la maison de retraite, il existait une radio locale qui a eu la gentillesse d’accepter de diffuser nos émissions.

Les émissions ont été faites l’une après l’autre en fonction de leur contenu et des hasards qui nous ont été donnés. Pourtant, elles ont un lien entre elles qui donnent beaucoup de sens. Jugez-en plutôt :

Première émission : « la solitude, vue par les personnes âgées » 

L’occasion de tendre le micro aux résidants autour d’un thématique qu’ils connaissent et sur laquelle ils nous renseignent de façon unique. Ils disent leur façon toute singulière d’aborder la solitude, de s’en être fait une alliée ou au contraire de n’en avoir jamais supporté le poids. 



Deuxième émission : « la solitude, vue par un artiste-peintre : Jean-Luc RAULIN »

A l’issue de la diffusion de la première émission sur leur solitude, les résidants ont trouvé que leur solitude n’était pas « drôle » ou « enviable ». Ils ont décidé de vérifier si quelqu’un, un artiste par exemple, avait de meilleurs rapports avec la solitude. C’est ce qu’ils ont demandé à Jean-Luc RAULIN (artiste peintre).




Troisième émission : « Les résidants rencontrent les taggers »

Jean-Luc Raulin, dans la deuxième émission sur l’artiste et la solitude avait émis l’hypothèse que les tags étaient peut-être une forme de signature de la solitude qu’éprouvaient des jeunes. A l’issue de la deuxième émission, les résidants on tenu absolument à vérifier cette hypothèse !!!



Quatrième émission : « Les résidants racontent leurs bêtises »

Le rôle des personnes âgées dans notre société est essentiel. Lorsque ceux-ci ont rencontré les tagueurs, ils les ont écoutés attentivement, ils se sont découverts des affinités, des points communs. Ainsi, posément, les « vieux » ont pu exprimer aux « jeunes » que les bêtises, faisaient partie de la vie. Pour eux, ce n’était pas si grave de barbouiller les murs de peinture (ils n’avaient plus de murs à défendre) !!! Cette émission est un retour sur eux, sur leurs propres bêtises de gosses, leur guerre des boutons !!!  

Des questions? Appellez-nous au +41 76 369 17 58

­